mercredi 18 janvier 2012

La Répétition de Eleanor Catton

Alexandre nous propose ce premier roman d'une jeune auteur Néo-Zélandaise.


Pourquoi ce choix? Tout le monde en parlait et j'étais curieux de le découvrir.

Note: ✒✒✒

CommentaireLe livre commence par suivre deux récits parallèles: d'un côté, de celui de quelques jeunes filles, élèves d'un lycée dont un prof à été accusé d'avoir couché avec une élève, et de l'autre le quotidien d'un étudiant au sein d'une école de théâtre... Il est cependant difficile d'en faire un résumé fidèle: les points de vues sont multiples, les ellipses nombreuses et le découpage des chapitres est fait d'une multitude de sauts dans le temps. Les deux personnages autour de tout gravite (le professeur et l'élève qui ont couché ensemble) restent en marge et n'interviennent directement qu'en de tes rares occasions, si bien que la narration n'est qu'une succession de points de vue, de témoignages, de commérages, de réflexions et de fantasmes. Le réel et la fiction, comme les différentes intrigues finissent par s'entremêler, comme si le roman était un immense puzzle dont certaines pièces seraient manquantes et d'autres ne s'emboiteraient pas parfaitement les unes dans les autres. Le livre n'en est pas fouilli pour autant, car cette construction est parfaitement adaptée aux thèmes abordés: l'identité, l'image que l'on a de soit et des autres: est-on prisonnier de son image, de son rôle? Ne tentons-nous pas de remodeler notre image par nos interactions avec les autres? Grâce à un style épuré et parfaitement ciselé (le roman est majoritairement constitué d'une suite de dialogues et de monologues) on est rapidement absorbé par le récit. Les multiples zones d'ombre et de flou de font au final que contribuer au côté passionnant de ce roman.

Critique Télérama
Critique Inrocks

Aucun commentaire:

Publier un commentaire